GPIO Rasbperry Pi 3 : Définitions, usages, prix

GPIO Rasbperry Pi 3 : Définitions, usages, prix

Pour faire de la domotique en DIY et développer sa propre maison connectée, ou simplement pour se faire la main côté bricolage, le Raspberry constitue une machine très pratique et ultra polyvalente. Ce nano-ordinateur fait fonctionner un processeur auquel il est possible d’accéder grâce au port GPIO pour General Purpose Input Output en anglais, soit les entrées-sorties. Et avec le Raspberry Pi 3, le port GPIO rétro-compatible de 40 broches, en lieu et place des traditionnelles 26 broches. Détaillons un peu ce que cela signifie en pratique.

A quoi sert le port GPIO ? Comment fonctionne-t-il ?

Commençons simplement en rappelant la base. Le GPIO est ce qui fait la liaison entre les entrées et sortie du processeur et les appareils extérieurs. Ceux-ci transmettent du courant, dont le voltage dépend directement du port, c’est d’ailleurs pourquoi chaque broche est notée GPIO1, GPIO2, etc. Pensez donc à vous y référer lors de la connexion avec des appareils extérieurs.

C’est d’ailleurs une recommandation cruciale, puisque les broches ne présentent pas de protection. Aussi est-il important que vous ne dépassiez pas le courant prévu pour une broche et / ou port le port GPIO, au risque que cela entraîne purement et simplement la perte du processeur. A noter, d’ailleurs, qu’il ne s’agit pas d’additionner les voltages de chaque broche pour obtenir le total : le port GPIO vient lui-même avec un courant maximal, moindre que les capacités individuelles additionnées de chaque broche.

  • A titre d’exemple, sur la première génération de broche, le courant maximum pour une broche était de 16mA, à savoir qu’il était alors possible d’utiliser 26 broches en entrée / sortie. Pour autant, le port GPIO n’était pas prévu pour dépasser un total de 50mA.
  • Pour cette raison, si vous souhaitez augmenter le voltage ou encore que vous avez des doutes concernant le matériel, n’hésitez pas à utiliser des optocoupleurs ou buffers, qui agissent comme des amplificateurs.

GPIO et Raspberry Pi 3 : les implications

A partir du Raspberry Pi-B PLUS et du Raspberry-Pi 2 – et donc forcément pour le Raspberry Pi 3 –, le connecteur GPIO passe désormais à 40 broches rétro-compatibles au lieu de 26.

Cela constitue d’abord une extension professionnellement soudée, ce qui vous permet de profiter de davantage d’applications sans avoir besoin de rajouter des extensions. Mais ce n’est pas là la seule différence avec le GPIO 26 broches.

broche raspberry

Effectivement, le GPIO 40 broches innove en introduisant l’utilisation des broches ID_SC et ID_SD, lesquelles n’étaient pas autorisées d’accès. Associées à une EEPROM d’identification, elles permettent de lire les informations du Raspberry, si bien que lors de l’installation d’une nouvelle carte, celui-ci chargera tous les pilotes requis, de la même manière qu’indiquée par votre Raspberry Pi 3 GPIO 40 broches de base.

Mais ce n’est pas la seule implication de cette nouveauté, puisqu’il est effectivement possible de passer maintenant en mode « hacking », en transitant directement par les broches 27 à 40. Vous pourrez alors concevoir vos propres interfaces et extensions pour vos cartes. Le processus étant en revanche sacrément complexe – vous vous en doutez, il faudrait un tuto – nous ne le détaillerons pas ici, mais de nombreuses ressources sont disponibles sur le Web.

  • Les nouvelles broches, par ailleurs retro compatibles avec la Pi B, présentent l’avantage de nouvelles extensions, par exemple pour une carte en transitant via un câble GPIO Downgrade. Si, en revanche, vous ne comptez pas ajouter de carte supplémentaire pour l’instant, concentrez vous d’abord sur l’utilisation des broches jusqu’à 26.
  • A noter, d’ailleurs, qu’en-dehors du câble DownGrade, d’autres câbles existent également, vous permettant par exemple d’utiliser les modules Grove, permettant des applications aussi utiles que des switches, des affichages ou encore des capteurs.

Acheter un Raspberry Pi 3 : où, comment et prix

Vous en savez désormais davantage sur le GPIO 40 broches du Raspberry Pi 3, lequel vous l’aurez compris offre bien plus de possibilités, notamment en termes d’extensions rapides grâce au câble GPIO Downgrade et à la lecture de l’OS via les broches ID_SC et ID_SD, grâce au chargement et à la duplication des pilotes requis.

Autrement dit, se tourner vers ce modèle, c’est profiter de nombreuses possibilités, potentiellement infinies au fur et à mesure des extensions. Mais comme souvent avec les Pi de la Fondation, il n’est pas toujours facile de savoir vers qui se tourner.

  • Vous pouvez d’abord opter pour les marketplaces. Celles-ci permettent de vous mettre en contact avec de nombreux vendeurs indépendants et / ou professionnelles, ce qui vous laisse la possibilité du choix. On regrettera, en revanche, une trop grande disparité des prix.
  • Passer par les revendeurs. La Fondation travaille directement avec des revendeurs profitant d’un agrément officiel, à l’instar de Kubii en France. Vous êtes ainsi assuré du professionnalisme du revendeur tout autant que de la qualité du produit, et profitez par là même de prix fixes bien plus attractifs.

En ce qui concerne le prix, tout dépend du modèle de la gamme Pi vers lequel vous vous dirigez. Ainsi, sur Kubii, on retrouve les prix de :

  • 26,50€ pour le Raspberry Pi 3 modèle A+.
  • 35,24€ pour le Raspberry Pi 3 modèle B.
  • 37,53€ pour le Raspberry Pi 3 modèle B+.

A noter que, peu importe le modèle de cette gamme vers lequel vous vous tournez, le port GPIO reste le même, avec ses 40 broches rétro-compatibles. La chose est d’ailleurs la même pour le modèle supérieur, le Pi 4.

Les commentaires sont clos.